Vous êtes ici :
Les prolos - Espagne
 

chateau

2007, grève pour obliger le patronat à respecter les accords signés


Le 5 mai  2007,  les salariés des chantiers navals de Vigo se mettaient en grève à l’appel des syndicats CCOO, CIG, CUT et UGT.
Les raisons de cette mobilisation furent le non-respect, de la part du patronat, de la convention collective, notamment la clause qui prévoit l’obligation d’employer en CDI 50% du personnel des entreprises sous-traitantes. Une avancée sociale obtenue lors des grèves de 2006.

 

La grève a duré plusieurs semaines et a mobilisé des centaines de travailleurs de la sous-traitance et des entreprises donneurs d’ordre.
Le centre-ville de Vigo a été l’objet de manifestations, barricades et affrontements avec la police anti-émeute.


 

Le 15 mai, les grévistes prirent d’assaut la Délégation du gouvernement et jetèrent par les fenêtres, une partie du mobilier ainsi que des ordinateurs et des milliers de documents officiels. Un portrait officiel du roi d’Espagne fut même pendu au balcon et brûlé par la suite.
Ramon Sarmiento, responsable du syndicat Commissions Ouvrières (CCOO), justifiait l’action des grévistes en accusant le patronat de mépriser les accords signés un an auparavant.

 

Le 17 mai, le patronat fut finalement contraint à s’asseoir à la table des négociations et à enclencher la mise en œuvre des requalifications en CDI dans les entreprises.

 

Mai 2006, grève contre la précarité dans la métallurgie galicienne

Le 4 mai, 23.000 salariés métallurgistes galiciens, travailleurs des chantiers navals, de l'automobile et de la sous-traitance s'étaient mis en grève illimitée devant le refus manifesté par le patronat de négocier une nouvelle convention collective qui interdise toute forme de précarité dans la métallurgie.

Les actions des ouvriers se sont étendues sur toute la ville portuaire de Galice, nord-ouest de l'Espagne, bloquant également les accès routiers.

Des piquets de plusieurs milliers de travailleurs ont concentré l'action sur l'usine automobile Peugeot-Citroën à  Vigo, afin de bloquer toute sortie de véhicules et arrivée de  l'approvisionnement. PSA et les chantiers navals sont le poumon économique du département.

Le blocage devant l'usine automobile s'est maintenu pendant deux jours, le 4 et le 5 mai.

Le lundi 8, plusieurs compagnies de policiers anti-émeute protégeaient les accès de l'usine PSA s'étaient dirigés 20.000 manifestants après avoir tenu une assemblée générale sur une place du centre-ville de Vigo.

L'intervention de la police anti-émeute a provoqué 30 blessés (dont deux graves, l'un touché en pleine figure par une balle en caoutchouc, l'autre écrasé par un véhicule de police) et 13 arrestations.

Les syndicats ont refusé de participer à  toute négociation tant que les ouvriers interpellés ne seraient pas libérés. Dès le lendemain, les personnes interpellées retrouvaient la liberté.

Jeudi 11 mai, un premier accord était signé entre les organisations syndicales et le patronat.

Quelques points :

Précarité :

Limitation des contrats précaires dans les entreprises sous-traitantes et égalité de traitement pour les intérimaires en remplacement.

Sous-traitance:

Reprise de salariés en cas de transfert d’entreprise, rupture de contrat commercial ou liquidation judiciaire.

Par la mise en place d’une « garantie de l’emploi », plus connue sous le nom de « bourse de travail » qui prévoit l’intégration, dans l’entreprise donneuse d’ordre et autres entreprises sous-traitantes présentes, de salariés sous-traitants, victimes de licenciements.

Des listes nominatives de salariés avec indication de leur qualification devront être ainsi établies afin de permettre leur embauche au sein du chantier naval dans les secteurs concernés ou en pénurie.

Salaires: augmentation de 7% des salaires

Ancienneté: Le premier contrat de travail de tout salarié travaillant sur les chantiers navals sera pris en compte pour le calcul de l'ancienneté, quel que soit l'entreprise.

Protection sociale :

Prise en charge à  100% de l'indemnité pour arrêt maladie, sans conditions d'ancienneté et pour une durée maximale de 3 mois.

 

 

Les sites amis

labas

  Free counter and web stats