Vous êtes ici :
Décembre 1999
 

chateau

Fin 99, date de la mise en place de l'accord d' "aménagement du temps de travail" signé par la CFDT, FO, la CFTC et la CGC, les difficultés rencontrées par les travailleurs pour pouvoir manger sur le chantier naval ont été sources de mécontentement.
Alors que des selfs sous-traités à  la Sodexho s'implantaient sur le site pour permettre aux salariés à  statut Chantiers, d'accéder à  des prix accessibles, une autre partie des personnels, les sous-traitants et intérimaires, se voyaient refoulés.
Soit ils payent le prix fort (redevance et droit d'accès inclus : 25 f , ce qui augmente le prix du repas à  50 f) et ils peuvent manger à  l'intérieur, soit ils n'ont qu'à  se débrouiller par leurs propres moyens.
Durant des mois, les salariés se sont vu obligés à  manger dans les vestiaires, à  bord, sur les blocs, dans leur voiture et même dans les sanitaires.
Durant des mois, l'USM-CGT a organisé l'action. Un pique-nique de lutte a rassemblé plusieurs centaines de travailleurs devant les locaux de la Direction. L'USM est monté au créneau pour faire cesser ces discriminations dignes d'un autre temps. Les médias, l'Inspection du Travail, le Sous-Préfet avaient été saisis pour dénoncer ces situations.
Finalement, la Direction des Chantiers, inquiète pour son image de marque, a commencé par céder pendant l'été, mettant en place des réfectoires, encore insuffisants, à  la Darse, au Prémontage, à  la Prise d'Eau et au Quai de Penhoët.
Aujourd'hui, les problèmes ne sont pas tout à  fait réglés pour autant.
Manque de temps (20 mn de pause), nombreux sont ceux qui continuent à  manger sur le tas vu l'impossibilité réelle de quitter un navire d'une dizaine de ponts.
Menaces de sanctions sur ceux-ci car, bien entendu, il est interdit de manger à  bord pour des raisons d'insalubrité.
Prix à  nouveau prohibitifs pour ceux qui souhaitent manger dans les selfs
Manque de place et de matériel (micro-ondes) en état de fonctionner

 

Les sites amis

labas

  Free counter and web stats