Vous êtes ici :
Avril 2003
 

chateau

Les Portugais se rebiffent

Trois ouvriers portugais arrivés en janvier et février 2003 pour travailler sur le Queen Mary 2 ne percevaient aucun salaire, si ce n'est quelques "acomptes" en liquide pour pouvoir se nourrir. Recrutés par B & Compagny, sous-traitant de 2ème rang, ils ont été hébergés dans des conditions indignes. De plus, depuis leur arrivée en France, les trois salariés ne disposaient d'aucun contrat de travail alors qu'ils étaient en possession d'un badge d'accès au site, lequel n'est pourtant délivré par le BAPE (Bureau d'Accueil du Personnel Extérieur) des Chantiers qu'après vérification du contrat de travail !
Soutenus par les militants CGT, ils se sont mis en grève, porté plainte pour travail clandestin au commissariat, alerté la presse et demandé à  plusieurs reprises des comptes à  l'inspection du travail et au sous-préfet. La mairie communiste de Trignac, dans la banlieue nazairienne, s'est également portée au secours des trois ouvriers en les hébergeant à  hôtel le temps que la situation soit régularisée. Celle-ci c'est matérialisée quelques jours après, lors d'une réunion à  l'inspection du travail organisée entre l'USM, les salariés et l'employeur. Celui-ci a réglé l'intégralité des sommes dues y compris le paiement des 16 jours de grève, ainsi que le versement d'une indemnité s'élevant à  un mois de salaire

Les sites amis

labas

  Free counter and web stats